Ils disent de quoi faire honte aux carpettes !

Emmanuel Kant
« (...) celui qui se transforme en ver de terre, ne doit pas se plaindre par la suite qu’on lui marche dessus. »
Emmanuel KANT — « Métaphysique des mœurs, 2ème partie : Doctrine de la Vertu » — 1796
 

Jules Michelet
« L'histoire de France commence avec la langue française. La langue est le signe principal d’une nationalité. »
Jules MICHELET — « Histoire de France, livre III : Tableau de la France » — 1837
 

Desire Nisard
« L'image la plus exacte de l'esprit français est la langue française elle-même. »
Désiré NISARD — « Histoire de la littérature française » — 1844 à 1861

 

Rémy de Gourmont
« Quand un peuple n'ose plus défendre sa langue, il est mûr pour l'esclavage. »
Rémy de GOURMONT — « Promenades philosophiques » — 1905

 

Albert Camus
« Ma patrie, c'est la langue française. »
Albert CAMUS — « Discours de Suède » — 1958

 

Serge Gainsbourg« Moi je pratique la chanson française. La chanson française n'est pas morte, elle doit aller de l'avant et ne pas être à la remorque de l'Amérique. Et prendre des thèmes modernes. Il faut chanter le béton, les tracteurs, le téléphone, l'ascenseur...
(...) Tout un monde à créer, tout est à faire. La chanson française est à faire. »
Serge GAINSBOURG — Émission Discorama — 16 juin 1963

Charles de Gaulle« [...] le snobisme anglo-saxon de la bourgeoisie française est quelque chose de terrifiant. [...] Il y a chez nous toute une bande de lascars qui ont la vocation de la servilité. Ils sont faits pour faire des courbettes aux autres. »
Charles DE GAULLE (cité par Alain Peyrefitte dans « C’était De Gaulle », Fayard) — entre 1959 et 1969
 

Georges Pompidou« Si, nous autres Français, nous reculons sur notre langue, eh bien, alors, nous serons emportés purement et simplement. Or, vous le savez bien, le rôle de la langue n'est pas un simple moyen d'expression, c'est un moyen de penser, un moyen d'influence intellectuelle, et c'est à travers notre langue que nous existons dans le monde autrement qu'un pays parmi d'autres. »
Georges POMPIDOU, Président de la République — Ambassade de France à Bruxelles — 25 mai 1971

Maurice Druon
« C'est un travers des Français, lorsqu'ils sont dans la difficulté politique, de chercher des modèles étrangers [...]. »
Maurice DRUON, de l’Académie française — « Les Rois maudits, Quand un roi perd la France » — 1977
 

René Étiemble« Les Français d’aujourd’hui sont tous des collaborateurs de l’impérialisme américain. Ils me dégoûtent autant que les collaborateurs nazis : je les fusillerais sans hésitation aucune. »
René ÉTIEMBLE — « Parlez-vous franglais ? » — 1981
 


Yves Duteil


 
« C'est une langue belle avec des mots superbes (...)
On dirait que le vent s’est pris dans une harpe
Et qu'il en a gardé toutes les harmonies (...)
C'est une langue belle à qui sait la défendre
Elle offre des trésors de richesses infinies (...) »
Yves DUTEIL — « La langue de chez nous » — Oscar 1986 de la chanson française

Cavanna« (...) c'est avoir honte de sa propre langue, et donc honte de ce qu'on est soi-même, que de se gargariser de vocables américains là où on n'en a que faire. C'est être, proprement, foncièrement, un colonisé, un bougnoule. Nous sommes les bougnoules des Amerlocks, bougnoules volontaires, bougnoules extatiques et bêlants. »
CAVANNA — « Mignonne, allons voir si la rose... » — 1990

Michel Serres« On voit sur les murs de Paris beaucoup plus de mots anglais qu'on ne voyaient de mots allemands pendant l'occupation. Tous les gens qui ont une quelconque responsabilité, dans mon pays, ne parlent plus ma langue. Par conséquent, j'appelle le français « la langue des pauvres ». »
Michel SERRES, de l’Académie française — Entretien (Le Nouveau Quotidien, Lausanne) — nov. 1992

Margie Sudre« L’élite française fait preuve parfois d’une grande légèreté et d’une incompréhensible cécité. Cette remarque vaut pour la Francophonie comme pour la langue française. Certains considèrent notre langue et son rayonnement dans le monde comme un héritage désuet et encombrant. »
Margie SUDRE — devant le Conseil supérieur de la langue française, Paris — octobre 1995

Dominique Fernandez« [Les Italiens] n’ont donc pas ce complexe d’infériorité qui pousse les Français à compenser leur incompétence linguistique par une vassalité langagière.
L’anglais, les Italiens le laissent là où il faut qu’il soit : dans la langue anglaise, et non dans des anglicismes, subterfuge bâtard propre à des ignorants. »
Dominique FERNANDEZ, de l’Académie française — Le bloc-notes des académiciens

Jean-Francois Dehecq
« À vouloir tous être anglo-saxons, il ne faut pas s’étonner que ce soient les anglo-saxons qui gagnent. »
Jean-François DEHECQ, alors PDG de Sanofi-Aventis, dans le journal l’Expansion — 27 juin 2005
 

Jean-Loup Cuisiniez« (...) le choix de l'exclusivité accordée à la langue anglaise fausse la concurrence.
Ces études affirment que chaque citoyen européen verse à la Grande-Bretagne l'équivalent d'un impôt linguistique estimé à 900 euros par personne. La promotion de l'anglais est une véritable industrie qui rapporte à la Grande-Bretagne plus de 20 milliards d'euros par an. »
Jean-Loup CUISINIEZ — Entretien — 2010

Dominique Tissier, Michelin
 
« Le brassage des cultures fait partie de notre mode de management depuis toujours. Mais nous (Michelin) aimons l'idée d'avoir une langue de référence : le français est davantage garant de nos valeurs que l'anglais, qui devient un jargon international vidé de toute subtilité. »
Dominique TISSIER, responsable de la formation chez Michelin — Capital, « Michelin met la gomme sur le français » — 15 juin 2011

Jean-Claude Amboise« J’ai fait le tour des groupes français qui chantent en anglais depuis 1960, je suis allé voir leurs « succès », et j’ai découvert qu’aucun ne s’est jamais classé sur le Billboard ou les palmarès étrangers. (...) Aucun chanteur français qui chante en anglais n’a de succès. Ils ne figurent sur aucun palmarès — ni en France, ni aux USA. »
Jean-Claude AMBOISE, avocat au barreau de Paris, représentant plusieurs associations de défense du français. Cité par Jean-Benoît Nadeau — 2012

Raphael« J'adore chanter en français. Je n'ai pas envie de tourner aux Etats-Unis. Je m'en fous. Je suis très bien en France. Je rêve en français. Je parle en français. C'est ma langue, et c'est une belle langue pour chanter. La chanson, c'est encore l'endroit où on peut faire de la poésie. Enfin, il y a quelque chose à inventer dans le rock français. Peu de gens l'ont fait : Bashung, Christophe et quelques autres. Ils ne sont pas si nombreux. »
RAPHAEL, invité du Live(sic)-Le Figaro — 2012

Michel Serres
« Ça c'est les publicitaires... C'est des Kollabos, vous le savez bien ! »
Michel SERRES, de l’Académie française — 3D le journal (France Inter) — 28 avril 2013, 12h09

Michel Ocelot« Une promenade dans une ville française en compagnie d’un étranger est une épreuve humiliante. Un ami qui pratique la France depuis très longtemps, considérant tout cet anglais à tort et à travers, m’a dit : « Dans le temps, le citoyen français était considéré comme un coq arrogant, aujourd’hui c’est un singe sans fierté. » »
Michel OCELOT, auteur/réalisateur — Les Français sont atteints de la rage de ne pas parler leur langue — 3 juillet 2016

 

 

________________________________
1 COMMENTAIRE

FRANCE - 27 février 2013
cdomino a écrit :
Les italiens ont le sourire et l'insouciance de leur accent.
Les allemands ont le sérieux de leur technique.
Les anglais ont... l'isolement de leur ile.
Les espagnols ont la chaleur de leur peuple.
Et bien d'autres encore ont chacun sa ou ses qualités.
Nous français, avons le plus beau pays du monde et notre langue pour le décrire et le faire aimer.
Sachons la garder pour que survive notre esprit.

 

~   POSTER UN COMMENTAIRE   ~

  * champs nécessaires  



 

Sauf imprévu, votre commentaire sera ajouté ci-dessus dans les 24 heures

 

, portraits et nus féminins – photographies
english version

© Daniel Bertrand – droits d'auteur protégés par le code de la propriété intellectuelle – conditions d'utilisation
 

--
mon petit bloc-notes

haut de page
bas de page